12:38Nov 30, 2021Reuters

L'Ouganda et la RDC mènent des frappes aériennes conjointes

L'Ouganda et la République démocratique du Congo (RDC) ont lancé mardi des frappes aériennes et des tirs d'artillerie contre les rebelles des Forces démocratiques alliées (ADF), proches du groupe État Islamique, dans l'est de la RDC, ont annoncé les autorités des deux pays.

La porte-parole des armées ougandaises Flavia Byekwaso a déclaré qu'elle n'avait pas plus d'information sur les attaques, mais que les pays n'en resteraient pas là.

"Comme annoncé, les actions ciblées et concertées avec l’armée ougandaise ont démarré aujourd’hui avec des frappes aériennes et des tirs d’artillerie à partir de l’Ouganda sur les positions des terroristes ADF en RDC", a annoncé le porte-parole du gouvernement congolais Patrick Muyaya sur Twitter

Selon l'organisation État Islamique, sa branche d'Afrique centrale est responsable de l'attentat qui a fait sept morts, dont les trois assaillants, et des dizaines de blessés à Kamala, capitale de l'Ouganda, le 16 novembre dernier.

Pascal Saambili, responsable de la Chefferie de Watalinga, dans l'est de la RDC, et Julien Ngandayabo, un habitant, ont dit avoir entendu des explosions mardi matin.

"C'est vraiment la panique ici chez nous, surtout que nous n'avons pas été informés de cette situation", a déclaré Julien Ngandayabo. "Nous avons trop souffert avec les ADF, qui ont massacré nos familles. Si c'est cela la solution, attendons de voir."

Pascal Saambili a déclaré que la communauté avait été réveillée par les bombardements, qui se sont poursuivis dans la matinée.

Lundi, la RDC avait nié avoir accepté de mener des opérations conjointes avec l'Ouganda pour traquer les ADF, insistant sur le fait qu'ils ne faisaient que partager des renseignements.

L'attaque du 16 novembre est la troisième revendiquée par le groupe État islamique en Ouganda.