ReutersReuters

Les États-Unis envisagent de sévir contre les fabricants de puces mémoire en Chine

Les États-Unis envisagent de limiter les livraisons d'équipements américains aux fabricants de puces mémoire en Chine, dont Yangtze Memory Technologies (YMTC), selon quatre personnes au fait du dossier, dans le cadre d'une tentative visant à stopper les progrès du secteur chinois des semi-conducteurs et à protéger les entreprises américaines.

Si l'administration du président Joe Biden met cette mesure à exécution, elle pourrait également nuire aux deux géants sud-coréens des puces mémoire, Samsung Electronics 005930 et SK Hynix 000660, ont déclaré les sources, sous couvert d'anonymat. Samsung possède deux grandes usines en Chine, tandis que SK Hynix est en train de racheter l'activité de fabrication de puces à mémoire flash NAND d'Intel INTC en Chine.

Il s'agirait de la première tentative des États-Unis, par le biais des contrôles à l'exportation, de cibler la production chinoise de puces mémoire NAND sans applications militaires spécialisées.

Cette démarche viserait également à protéger les seuls producteurs américains de puces électroniques, Western Digital WDC et Micron Technology MU, qui représentent ensemble environ un quart du marché des puces NAND.

Les puces NAND stockent des données dans des appareils tels que les smartphones et les ordinateurs personnels, ainsi que dans les centres de données de sociétés comme Amazon AMZN, Facebook (FB.O) et Google GOOG.

Selon les mesures envisagées, les autorités américaines interdiraient l'exportation vers la Chine d'outils utilisés pour fabriquer des puces NAND comportant plus de 128 couches, selon deux des sources. LAM Research LRCX et Applied Materials AMAT, tous deux basés dans la Silicon Valley, sont les principaux fournisseurs de ces outils.

Toutes les sources ont décrit l'examen de la question par l'administration comme étant au stade initial, sans qu'aucune proposition de réglementation n'ait encore été rédigée.

Interrogé sur l'éventualité d'une telle mesure, un porte-parole du ministère du Commerce n'a pas parlé de restrictions potentielles, mais a fait remarquer que "l'administration Biden s'attache à entraver les efforts (de la Chine) pour fabriquer des semiconducteurs avancés afin de faire face aux risques importants pour la sécurité nationale des États-Unis".

Inscrivez-vous gratuitement pour obtenir la version complète
News unlock banner