ReutersReuters

Le Sri Lanka va présenter une restructuration de sa dette

Le Sri Lanka présentera vendredi à ses créanciers internationaux l'étendue de ses problèmes économiques ainsi que des plans de restructuration de sa dette et de sauvetage par le Fonds monétaire international (FMI), pour un montant de plusieurs milliards de dollars.

Des années de mauvaise gestion économique, combinées à la pandémie de COVID-19, ont plongé le pays dans la pire crise économique qu'il ait connue depuis qu'il a pris son indépendance à l'égard de la Grande-Bretagne, en 1948, l'empêchant de rembourser sa dette souveraine.

Le ministère des finances du pays a déclaré, par l'intermédiaire du cabinet d'avocats Clifford Chance, que l'appel en ligne du 23 septembre serait ouvert à tous ses créanciers extérieurs et qu'il s'agirait d'une "session interactive" au cours de laquelle les participants pourraient poser des questions.

Les difficultés du Sri Lanka ont atteint leur paroxysme en juillet lorsque le président de l'époque, Gotabaya Rajapaksa, a fui le pays et démissionné après de violentes manifestations publiques.

Son remplaçant, Ranil Wickremesinghe, a réussi à conclure un accord préliminaire avec le FMI qui, s'il est officialisé, permettra au pays d'obtenir 2,9 milliards de dollars de prêts sur quatre ans.

"Les autorités ont l'intention d'informer leurs créanciers extérieurs de l'évolution macroéconomique la plus récente, des principaux objectifs du programme de réformes convenu avec le FMI et des prochaines étapes du processus de restructuration de la dette", indique le communiqué du 17 septembre.

Les emprunts de Sri Lanka sont si complexes que les estimations du total varient de 85 à plus de 100 milliards de dollars. Les puissances régionales concurrentes que sont la Chine, l'Inde et le Japon doivent également trouver un terrain d'entente sur la manière de réduire la dette que leur doit le pays.

Inscrivez-vous gratuitement pour obtenir la version complète
News unlock banner