22:24Janv 13, 2022Reuters

Un problème de corrosion détecté sur un réacteur de Penly - EDF

EDF () a déclaré jeudi que le réacteur nucléaire de la centrale de Penly (Seine-Maritime) était concerné par un problème de corrosion sur un système de sécurité déjà détecté ou soupçonné sur quatre autres réacteurs EDF actuellement à l'arrêt, confirmant une information obtenue par l'AFP auprès de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN).

Ces défauts, détectés à proximité de soudures des tuyauteries du circuit d’injection de sécurité (RIS), ont été constatés sur le réacteur à l'arrêt de Penly 1, un réacteur de 1300 mégawatts.

C'est la première fois qu'ils sont observés sur un réacteur de cette famille. Le parc nucléaire d'EDF comprend onze autres réacteurs du même type.

Ce problème a également détecté sur les réacteurs n°1 et n°2 de la centrale nucléaire de Civaux (Vienne) et le réacteur n°2 de Chooz (Ardennes), tous étant des réacteurs de 1.450 MW.

Les contrôles et expertises sont toujours en cours sur le réacteur n°1 de Chooz, également d'une capacité de 1.450 MW, a encore indiqué EDF dans un communiqué.

"L’élaboration du programme de contrôles sur l’ensemble du parc nucléaire se poursuit en intégrant, au fur et à mesure, les enseignements tirés des premières expertises réalisées", a précisé le groupe français, ce qui signifie que d'autres mises à l'arrêt ne sont pas exclues.

Cette prolongation de la durée d'arrêt des cinq réacteurs a conduit EDF à réviser à 300-330 térawatts/heure, contre 330-360 TW/h, son estimation de production nucléaire pour 2022.

L'impact sur les perspectives financières du groupe est en cours d'analyse, a précisé l'électricien.