franckbelfort
Éducation

Le véritable patron des marchés financiers s'appelle Pétrole!

Pour illustrer l'analyse d'aujourd'hui, je vous propose un modèle d'écart statistique sur les devises , afin de justifier qui est le véritable leader des marchés financiers, qui semblent accuser un pré-ralentissement globale des marchés financiers. J'ai donc rassemblé un panier de devises généralement aggressives auquel je les opposent a un panier de devises defensives; Après manipulation algébrique, on retrouve curieusement (EXY+CXY+BXY) - (SXY+JXY). Au départ, dans les deux côtés des équations on retrouvaient le dollars américain, le dollars australien, et le dollars néo-zélandais puisque je suis parti du principe que ces trois devises avaient la capacité de jouer le rôle d'actif risqué et également d'actif sécurisé.

Or après manipulation algébrique, on constate que les devises symbolisées par cette équation (EXY+CXY+BXY) ne sont autres que le reflet du pétrole en terme de devises, soit (Brent + Crude oil ou WTI). Également, nous sommes conscients que le pétrole est lié intimement aux bons du trésor donc aux obligations, et leur lien s'appelle l'inflation dont le pétrole est le vecteur - directeur. Ce qui voudrait donc dire de manière hypothético-déductible, que de manière statistique, empirique, et historique, la débacle des marchés financiers commençent très souvent par une chute brutale du pétrole, qui ensuite va se transposer sur le marché obligataire, et enfin va arriver sur l'ensemble des marchés financiers. Qui dit devises, dit inflation , et donc dit obligation.

En regardant donc ce graphe, nous sommes donc sur des phases d'incertitudes dans le marché au point où des paires comme le NZD sont recherchés et aussi le pétrole est sous pression malgré un dollars qui s'affaiblit. Les deux étant inversement reliés à la base. Tant qu'on se retrouvera en dessous des niveaux marqués en jaune sur le graphe (143 et 136), cela signifiera que nous ne seront pas à l'abri d'un autre dévissage, et du pétrole, et des marchés indices et obligations. Et donc certaines paires devises majeures defensives pourront profiter comme le franc suisse ou le Yen.

Pour finir, je tenais à mentionner que, bien étant que le pétrole soit le leader du marché, il en demeure pas moins le seul car les taux de rendements obligataires, eux aussi, conditionnent les marchés financiers. Mais ce qui reste intéressant dans le cadre de cette étude et observation macroéconomique, c'est que, les taux de rendements obligataires, et le pétrole, et également la progression ou croissance des indices en particuliers, militent tous pour un facteur commun qui est l'inflation. Et si le pétrôle ne progresse pas, alors l'inflation ne suivra pas, les indices majeures ne progresseront pas, et les bons obligataires ne seront pas contractés en vue de stimuler l'économie par les dépenses, la consommation et les emprunts; on retrouvera donc un repli majeur générale sur l'ensemble des marchés financiers au vue d'un tel rythme.
Accueil Filtre d'actions Filtre Forex Filtre Crypto Calendrier économique Comment ça marche Caractéristiques du graphique Prix Règles de conduite Modérateurs Solutions site web & courtier Widgets Solutions de cartographie Obtenir de l'aide Demande de fonctionnalité Blog & News Questions Fréquentes Wiki Twitter
Profil Paramètres du Profil Compte et Facturation TradingView Coins Mes tickets au support Obtenir de l'aide Idées Publiées Suiveurs Suivi Messages privés dialogue en ligne Se Déconnecter