Soleyam

Sentiments du Marché US

SP:SPX   L'indice S&P 500
Les résultats de la dernière enquête sur les sentiments de l'AAII montrent une forte augmentation du pessimisme et une forte baisse correspondante de l'optimisme.
Le pessimisme et l'optimisme sont maintenant à des niveaux inhabituellement élevés et bas, respectivement.

Le sentiment haussier, les attentes d'une hausse des cours des actions au cours des six prochains mois, a chuté de 7,1 points de pourcentage à 26,7%.
Au total, l'optimisme a chuté de 21,3 points de pourcentage au cours de la récente période de trois semaines. La moyenne historique est de 38,0 %.

Le sentiment neutre, les attentes selon lesquelles les cours des actions resteront essentiellement inchangés au cours des six prochains mois, ont augmenté de 0,5 point de pourcentage à 31,0 %.
La moyenne historique est de 31,5%.

Le sentiment baissier, les attentes d'une chute des cours des actions au cours des six prochains mois, a augmenté de 6,7% points de pourcentage à 42,4%.
Le pessimisme était pour la dernière fois à ce niveau le 19 août 2020 (42,4%). La moyenne historique est de 30,5%.

Comme indiqué ci-dessus, le sentiment baissier est maintenant à un niveau inhabituellement élevé et le sentiment haussier est à un niveau inhabituellement bas.
Historiquement, les deux ont été suivis de rendements supérieurs à la moyenne et à la médiane pour l'indice S&P 500 au cours des six mois suivants.

Le grand changement de sentiment fait suite à l'émergence de la variante omicron, à la possibilité d'une fin accélérée des achats d'obligations par la Réserve fédérale et à la réaction du marché aux deux.
De nombreux membres de l'AAII sont des investisseurs à long terme et ne modifient pas nécessairement leurs allocations en réponse à des événements à court terme.

Dans la question spéciale de cette semaine, nous avons demandé aux membres de l'AAII comment ils pensaient que le consommateur moyen s'en sortait par rapport à il y a un an.
Quatre répondants sur 10 ( 40 %) perçoivent le consommateur moyen comme étant moins bien loti. Ces personnes interrogées mentionnent l'inflation et les variantes du coronavirus comme affectant leurs revenus et leur pouvoir d'achat.
5 % supplémentaires des personnes interrogées pensent que la situation des consommateurs est bien pire que l'année dernière.

A l'inverse, 25 % des personnes interrogées estiment que les consommateurs se portent mieux que l'an dernier. Ils citent une économie plus forte et plus d'emplois disponibles.
Environ 21% des personnes interrogées ont des opinions mitigées sur la question de savoir si le consommateur se porte mieux ou non, reconnaissant une économie plus forte mais aussi des prix en hausse qui nuisent aux revenus des consommateurs.

Sources AAII

Soleyam Finance